Past Exhibitions

Beaded neckace by Margaret (Harris) Fraser, the first graduate of the Applied Arts program 1912

Beaded neckace by Margaret (Harris) Fraser, the first graduate of the Applied Arts program 1912

Beaded neckace by Margaret (Harris) Fraser, the first graduate of the Applied Arts program 1912

 

An Elsewhere Forever Present Alisa Arsenault, Maryse Arseneault, Rémi Belliveau, Herménégilde Chiasson  

7 June to 25 August 2019
Vernissage: 7 June 2019 at 7:30 pm

Curated by Emily Falvey

The point of departure for this exhibition is Fourteen Stations for Oswald (1990), a series of evocative drawings by Herménégilde Chiasson found in the permanent collection of the Owens Art Gallery. In 1990, Gérald LeBlanc wrote a poetic essay about this work that concluded, “Herménégilde Chiasson proposes/sensible dreams/of an elsewhere forever present.” Moving out from this idea, the exhibition explores the ways in which historical, popular, and familial stories intersect in the work of four Acadian artists. While the question of identity is clearly present in these works, it is not rigidly defined or reduced to simple nationalist stereotypes. Of equal importance is the notion of repetition as an aesthetic gesture and its relationship to time and memory.

The exhibition is accompanied by an Occasional Paper featuring an essay by writer and independent curator Elise Anne LaPlante.

This exhibition was organized in conjunction with the Congrès acadien mondial 2019.

See related publication

Un ailleurs toujours présent

Alisa Arsenault, Maryse Arseneault, Rémi Belliveau, Herménégilde Chiasson  

Du 7 juin au 25 août 2019
Vernissage : le 7 juin à 19 h 30

Organisée par Emily Falvey

L’œuvre Quatorze stations pour Oswald (1990), une série de dessins évocateurs de l’artiste Herménégilde Chiasson faisant partie de la collection permanente de la Galerie d'art Owens, est le point de départ de cette exposition. En 1990, Gérald LeBlanc rédige un essai poétique portant sur cette œuvre, qui se terminait sur ces lignes : « Herménégilde Chiasson me propose/des écrans sensibles/d’un ailleurs toujours présent. » S’appuyant sur cette idée originelle, l’exposition met en évidence comment s’entrecroisent les narrations historique, populaire et familiale dans les œuvres de quatre artistes acadiens, acadiennes. Bien que la question identitaire soit très présente dans ces œuvres, elle n’est pas étroitement circonscrite ni réduite à des stéréotypes nationalistes simplistes. D’une importance tout aussi grande est la notion de répétition comme geste esthétique et son rapport avec le temps et la mémoire. 

L’exposition s’accompagne d’une Publication occasionnelle comportant un texte de l’autrice et commissaire indépendante Elise Anne LaPlante.  

Cette exposition est organisée dans le cadre du Congrès mondial acadien 2019.

Voir publication associée

©2020 all rights reserved. Design: Tantramar Interactive Inc.